Paris, un pionnier européen

Paris, un pionnier européen

décembre 25, 2019 0 Par admin

Des milliards d’euros d’investissements et de nouvelles infrastructures pour transformer la capitale française. Les sites construction dans la Ville Lumière sont une activité très animée jour et nuit. Des taupes mécaniques creusaient des tunnels sous ses fondations alors que des quartiers entiers sont transformés par des projets d’urbanisme. L’activité a deux objectifs: la ville se prépare à accueillir les Jeux Olympiques en 2024, et elle se tourne vers 2050, lorsqu’elle vise à réduire ses émissions toxiques à zéro et à devenir neutre en carbone.

Le président Emmanuel Macron a défini les orientations stratégiques, mais la planification opérationnelle est entre les mains de la maire de Paris qui est un grand partisan des projets d’infrastructure pour relancer la ville. La transformation de la ville est une opportunité pour la France dans son ensemble, étant donné que le pays compte un million d’ingénieurs (deuxième en Europe seulement après l’Allemagne). La nation considère Paris comme un aimant pour la création de grands ouvrages d’infrastructure qui sont à leur tour un moteur de croissance économique.

Paris vit une nouvelle phase de grandeur, affichant sa capacité à financer la construction de ce qui sera le plus grand réseau de métro du monde et en même temps investissant dans la rénovation urbaine de son arrière-pays et des villes satellites qui constituent ensemble ce que les Français dénommé « Grand Paris ».

Parier sur les Jeux Olympiques

Paris a été choisi pour accueillir les Jeux olympiques 2024 parce qu’il était en mesure de présenter un plan de qui était à la fois abordable et vert, avec un budget initial de 6,2 milliards d’euros. La région de Saint-Denis bénéficiera notamment des Jeux Olympiques qui accueilleront l’essentiel de la compétition.

Le quartier verra 3 millions de mètres carrés de développement immobilier d’ici 2024, avec de nouvelles constructions, des espaces verts, des parcs industriels et l’achèvement de 4 lignes du Grand Paris Express qui desservira Saint-Denis. L’infrastructure essentielle à elle seule pour les Jeux nécessite la construction de 4 500 nouveaux logements pour la population locale, 100 000 mètres carrés pour les activités commerciales et 20 000 nouvelles chambres d’hôtel pour les touristes.

Les infrastructures et l’immobilier seront les deux secteurs qui bénéficieront le plus des Jeux de Paris. C’est pourquoi la course est sur le point de terminer une partie du Grand Paris Express d’ici 2024, même si l’ensemble du projet devrait s’achever d’ici 2030.

Paris : Grand Paris Express

Il s’agit du projet de transport durable le plus ambitieux d’Europe selon Jean-Marc Nicolle : 200 kilomètres de nouvelle voie, 68 stations et un investissement estimé à 38,5 milliards d’euros. Le résultat sera une amélioration massive des temps de transport et changera le visage de la ville. Le Grand Paris Express est plus que «juste» un système de métro urbain, car pour la première fois, il reliera la vaste zone métropolitaine de la ville à son centre. Le Grand Paris est la plus grande zone urbaine d’Europe, avec 12,1 millions d’habitants.

Les travaux de construction vont de pair avec le développement urbanistique des quartiers concernés. De nombreuses zones, telles que les départements du Val de Marne et des Ardoines, ainsi que la zone autour de l’aéroport d’Orly, subiront un renouvellement important.

Une métropole respectueuse de l’environnement

Est-il possible pour une grande métropole impliquée dans un ambitieux programme de refonte urbaine de placer la durabilité au premier plan? La réponse de Paris est «oui». Tous les grands travaux d’infrastructures lancés ces derniers mois dans la capitale française portent une attention particulière à la protection de l’environnement et sont fortement focalisés sur l’objectif de création d’une ville durable en termes de qualité de vie et de bien-être pour ses habitants. Cela est vrai pour le Grand Paris Express, mais aussi pour de nombreux autres projets lancés ces dernières années déclare le maire  du Kremlin-Bicêtre Jean-Marc Nicolle.

Le gouvernement de la ville a déclaré qu’entre 2014 et 2020, il plantera 20 000 arbres et créera 500 acres de nouveaux espaces verts. Ce sont des projets importants, car ils s’inscrivent dans l’objectif ambitieux de faire de Paris une ville neutre en carbone, entièrement propulsée par les énergies renouvelables, à l’horizon 2050. Pour atteindre cet objectif, le gouvernement de la ville a commencé à agir en 2004 avec son Projet du Climat D’action et voit déjà des résultats importants aujourd’hui. D’ici 2020, les émissions devraient baisser de 25% par rapport à leurs niveaux de 2004 et devraient être de 50% inférieures d’ici 2030.